La TCC est efficace pour les troubles anxieux

troubles anxieux

L’anxiété est un émoi proche de la peur se trouvant chez chaque personne. Elle correspond au besoin perpétuel de s’adapter aux problèmes de la vie et aux difficultés de chaque individu au monde. Ces deux configurations d’angoisse sont normales. Cependant, l’anxiété peut devenir un trouble combinant plusieurs symptômes physiques, psychologiques et comportementaux tout en provoquant une détresse et un inconfort importants dans la vie de tous les jours, il s’agit d’un trouble anxieux. Les signes physiques d’émotion ou de stress ressentis sont excessifs par rapport au danger éventuel.

Les principes du traitement en thérapies cognitives et comportementales

Le concept de base de la thérapie cognitivo-comportementale est de traiter les processus mentaux qui causent l’anxiété. Ainsi, il pourrait s’agir d’un problème de perception inexacte des facteurs de stress, c’est le cas d’un individu hyper-alerte ou allergique aux éléments stressant. La personne a une perception élitiste de ce qui lui arrive, ne gardant que les indices qui encouragent le danger, et donc favorisent l’anxiété. Ensuite, cette perception est déformée. Il existe également des interprétations de la perception basées sur des schémas de pensée. Cette impression est exacte, mais les personnes anxieuses attribuent des significations inappropriées et anxiogènes à cela. En conséquence, il y a de nombreuses exagérations. Chez ces individus, des épisodes d’anxiété peuvent entraîner une incapacité grave en raison d’un manque de supervision. De ce fait, une fois qu’elle commence, au lieu de diminuer, l’anxiété grandit et devient permanente.

En général, les gens anxieux sont capables de dire exactement ce dont ils ont peur. Ainsi, l’anxiété est une réponse à la peur du risque qu’un événement se produise. L’anxiété pathologique est en réalité le résultat d’une intolérance au risque ou à l’incertitude, c’est-à-dire l’incapacité à tolérer le risque que l’événement redouté se produise, et c’est cette intolérance au risque qui produit l’anxiété. La personne a tenté de reprendre le contrôle de l’incident pour s’assurer que la chose redoutée ne se produisait pas. Si les opinions ne sont pas remises en question, elles peuvent conduire à une difficulté classique qui est la dépression. Sur ce lien, vous pouvez voir plus d’informations sur la TCC trouble anxieux.

Comment soigner l’anxiété par la TCC ?

Les approches sont similaires quels que soient les troubles anxieux et reposent sur des principes antérieurs. Une grande partie du traitement va tenter de combattre cette intolérance au risque, d’une part en essayant de discuter, de questionner la notion de risque, d’autre part en instaurant un processus clé de traitement qui est l’accoutumance. Le but ultime de ces deux objectifs est d’éliminer la déviation et les cercles vicieux.

La TCC troubles anxieux vise à évaluer avec précision le risque et à aider les patients anxieux à éliminer tout comportement exagéré ou catastrophique. Souvent, les individus soucieux ont tendance à surestimer le risque d’événements indésirables par le biais de distorsions cognitives. Le travail du thérapeute est d’aider le patient anxieux à mettre chaque signal à sa place. Outre cela, il faut aider les personnes souffrant de troubles anxieux à considérer les facteurs qui tendent à minimiser les risques. Souvent, ces facteurs de protection sont en quelque sorte « oubliés » par la personne anxieuse par choix.

Les techniques de la TCC

Néanmoins, essayer de raisonner des personnes anxieuses est souvent voué à l’échec. La tâche du psychothérapeute est d’aider le patient à réaliser lui-même ce raisonnement, pas de le lui imposer. Pour cela, les psychologues TCC amènent progressivement les patients à se questionner sur la validité des croyances et sur la convenance des schémas. En fait, c’est la composante cognitive de la thérapie cognitivo-comportementale. Elle est basée sur le questionnement socratique et la réorganisation cognitive. Cette phase de la psychothérapie est basée sur la logique rationnelle. Ceci est important, car tant que le patient anxieux sera convaincu de la véracité des risques qu’il identifie, il n’osera pas renoncer à son évitement. En ligne, vous pouvez trouver plus de renseignements sur le sujet.

Qui sont les pervers narcissiques ?
Comment sortir de sa zone de confort au quotidien ?